Grande lettre polystyrène A - 50 à 70 cm ARIAL

Grande lettre majuscule A découpée en polystyrène d'une épaisseur de 5, 10 ou 15 cm. Choisissez parmi les 3 hauteurs 50, 60 ou 70 cm proposées dans la fenêtre ci-dessous.

Nous pouvons découper ces lettres en volume dans d'autres styles de caractères ou hauteurs, N'hésitez pas à nous contacter au 03 20 68 00 82.

22,00 €
HT
HAUTEUR
EPAISSEUR
Quantité

 

Les lettres en volume en polystyrène peuvent être collées et peintes avec une colle ou peinture sans solvant.

Ces caractères inspirés de la police ARIAL sont idéaux pour afficher un message fort, puissant et graphique sur un mur, une scène, un hall, dans un magasin. Le polystyrène blanc utilisé est de bonne densité avec de petites perles ce qui permet d'obtenir une excellente finition.

Le poids de ces lettres est aussi un argument car elles sont manipulables et fixables très facilement. Elle peuvent même est simplement posées sur la tranche pour être exposées.

Elles peuvent être également habillée par collage de papier ou piquée de fleurs, de bonbons,... de quoi laissez libre cours à son imagination.

A est la première lettre des alphabets latins et étrusques, ainsi que leur première voyelle. Il s’agit également de la majuscule de la lettre g de l’alphabet grec ainsi que du A de l’alphabet cyrilliques.La lettre A tire probablement son origine de l'alphabet linéaire proto sinaïtique, un alphabet utilisé dans le Sinaï il y a plus de 3 500 ans, lui-même dérivé des hyéroglyphes égyptien.

Mais qui fait la police (de caractère)?

Times, Helvetica, Arial… Derrière ces noms devenus presque communs grâce aux logiciels de traitement de texte se cachent des designers graphiques. Et une industrie typo toujours plus créative. Dessinateur de caractères. Une profession qui suscite forcément la curiosité. Même si l’imprimerie est entrée dans l’ère numérique depuis les années 1980, le métier de créateur de caractères n’a pas disparu, au contraire.

Côté grand public, la connaissance des polices de caractère s’est elle aussi démocratisée depuis la pratique massive de l’ordinateur, et donc des logiciels de texte. Tout le monde (ou presque) a déjà utilisé Helvetica ou Arial dans Word. Les polices de caractères ont souvent une histoire étonnante, dans laquelle s’entremêlent enjeux graphiques, économiques et sociopolitiques.

Caractères déformés

La technologie digitale a ouvert des possibilités infinies de nouveaux sens et l’émergence d’une génération qui s’approprie plus vite ces outils en est la preuve. Ça se met en place maintenant. Mais le numérique a aussi le défaut de déformer le caractère de la lettre, contrairement au dessin sur papier.

«La subtilité de la typographie tient dans l’équilibre entre rigueur et sensibilité. Un caractère trop strict sera pauvre, asséché et sabotera son expressivité. A l’inverse, s’il est trop sensible, il finira par lasser et toute cette expressivité se fera au détriment de sa fonctionnalité.» Conclusion, réaliser de bons caractères typographiques implique de créer quelque chose d’utile avec quelque chose de spécifique sans jamais sacrifier l’un ou l’autre.
50500